Vêtements et Singularité

Le vêtement, expression de notre identité

Écrit par Laetitia VIRGAL

On 30/04/2020
"

Lire Plus

Le vêtement : expression de notre identité

Le 18 Avril dernier, je recevais @Surayako (modèle photo pour BySamaké) le temps d’un live Instagram.

Lors de ma rencontre avec cette jeune femme, j’ai été fortement interpellée par sa facilité à s’assumer telle qu’elle est, sans se soucier des codes ou du regard des autres. @surayako adore la mode, et cela se voit ! Elle porte les vêtements qu’elle souhaite, quand et comment elle le souhaite. Nos séances photographies furent l’occasion d’illustrer sa singularité : une femme fière de qui elle est, assumée et sans complexes ! Soyons qui nous sommes. Notre intérieur rayonne à l’extérieur si nous lui laissons la place de s’exprimer !

Voici le récapitulatif de notre échange ainsi qu’un extrait de l’une de nos séances photographies.

Peux-tu te présenter s’il te plaît ?

J’ai 32 ans, je suis Congolaise et je suis férue de mode depuis toujours. Ma particularité, je pense, est de ne pas me cantonner à des cases et des étiquettes pour m’habiller, autant dans ma vie professionnelle que personnelle.

A quel moment as tu commencé à t’intéresser aux vêtements ?

Enfant, j’étais habillée par mes parents. Je vais aller dans les stéréotypes, je suis Congolaise, avec tout ce qui va avec : apparence vestimentaire très importante, etc…. Pour mes parents, le vêtement doit être parfait. Quand nous n’étions pas habillés selon leur représentation , on entendait « tu vas nous faire honte… » .

Au Collège, j’avais des difficultés à être féminine. J’étais un « garçon manqué » pendant longtemps. Je portais des joggings, parce que je voulais me cacher. J’étais le « bon pote », j’avais du mal à assumer ma féminité. Par contre, j’essayais quand même d’être à la mode. Je faisais aussi des efforts car ma mère me tannait.

Vers 16 – 17 ans, j’ai commencé à me permettre plus de choses.

Je suis celle que je suis aujourd’hui, c’est à dire celle qui ose porter les vêtements qu’elle souhaite, sans être influencée par le regard des autres et en étant pleinement assumée, depuis 5 ans, à peu près.

Pourquoi aimes-tu le vêtement ?

Le vêtement, c’est une identité. Cela envoie une information avant même que l’on ne parle. On dit que « l’habit ne fait pas le moine… » Effectivement… Mais c’est quand même une première information sur qui l’on est.

Comment répondre aux codes professionnels sans « trahir » sa singularité ?

Moi , lorsque j’ai passé mon dernier entretien (pour un poste d’assistante sociale), j’ai décidé de porter une robe rouge, un foulard en wax ainsi qu’une veste noire. On m’a toujours dit : « il ne faut jamais porter de rouge pour un entretien, car c’est trop agressif ». Pourtant, j’ai eu le poste.

Nous pouvons toujours trouver un juste milieu entre qui l’on est et les attentes de la société ou l’employeur. On porte tous en réalité, des vêtements que l’on aime et qui peuvent être acceptés. Il faut donc d’abord voir ce que l’on aime, puis ce qui est attendu et le message que l’on souhaite transmettre. Il y a beaucoup de choses à prendre en compte pour s’adapter au contexte : type de structure, fonction, etc…, mais c’est toujours possible.

Le plus important c’est d’être à l’aise et que cela te ressemble, car quand tu portes quelque chose que tu n’assumes pas, ou qui ne te va pas, cela se voit.

Moi, je m’autorise régulièrement à porter des vêtements qu’habituellement on ne s’autorise que dans le cadre privé, mais c’est aussi parce-que j’aime prendre des risques. A mon sens, le vêtement permet d’être audacieux. Tout va ensemble, il n’y a pas de règles ! J’adore porter des robes avec des baskets. Et pour moi, par exemple, le summum de la classe, c’est une femme en smoking !

Comment porter des vêtements près du corps quand on a, selon soi, trop de formes ?

Les gens font attention aux complexes à partir du moment où toi tu les regardes. Quand je porte un vêtement et que je me sens au maximum, les réflexions me coulent dessus.

Moi, j’ai toujours été potelée, j’ai toujours été ronde. Ma mère m’a toujours conseillé de perdre du poids. je pense que c’était relatif à la santé mais elle n’a pas pris le temps de me dire le positif.

Alors j’ai décidé moi même de m’aimer et de vivre avec mon corps. Je me suis demandé : « Ok… qu’est ce que je peux aimer chez moi ? ». Ensuite j’ai décidé de mettre en valeur ce que j’aime. J’ai une jolie poitrine, au niveau du bas du corps, je me défends pas mal, alors c’est ce que je montre le plus souvent.

On a tous et toutes des choses que l’on aime chez soi. Les complexes, on les connaît, par contre on porte moins souvent l’attention sur les choses positives.

Le vêtement aide à avoir confiance en soi. Porter ce que l’on aime, ce qui nous correspond, nous aide à nous aimer. Si quand tu te regardes, tu te sens « au max », alors c’est bon ! Ton regard sur toi change, et même le regard des gens change.

Je sais que lorsque je porte certains vêtements, que l’on apprécie ou pas, on va me regarder. Je sais que je vais renvoyer quelque chose qui ne laisse pas indifférent et j’aime ça.

Envie d’une séance portrait pour illustrer votre singularité ?

https://www.bysamake.fr/portrait-2/

Vous souhaitez voir plus de photographies de @Surayako ?

Instagram : by_samake / Instagram : surayako

Envie de découvrir quelques comptes Instagram liés au mouvement « Body Positive » ?

https://www.femina.fr/article/10-comptes-instagram-body-positive-pour-decomplexer-cet-ete

Archives

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quis id, risus ante. elit. ut justo
Open chat