Métissage et singularité

Métisse et libre d'être

Écrit par Laetitia VIRGAL

Le 04/06/2020
"

Lire Plus

Métisse et libre d’être

En cette période de manifestations suite à la mort de George Floyd et beaucoup d’autres, je vous livre ici, ma pensée.

Hier matin, j’ai spontanément envoyé un cri du coeur à mon entourage, en réaction au racisme évoqué actuellement dans les médias. Ce texte était personnel et absolument pas préparé. J’avais juste besoin de partager ma vérité aux personnes qui me connaissent. Je ne m’attendais vraiment pas à ce que les réactions soient si nombreuses ! J’ai réalisé à quel point cela touchait beaucoup d’entre-nous (toutes origines et tous âges confondus) et à quel point il était important de s’exprimer.

Comment vivre ma singularité quand la société souhaite me mettre dans des cases ? Comment être libre d’être quand mon apparence physique, ma condition sociale ou ma couleur de peau me catégorise ? Comment me concentrer sur ce que mon interieur m’indique être, lorsque le monde se concentre sur l’extérieur ?

J’ai choisi de travailler sur la singularité parce-que pouvoir assumer la mienne est un combat de tous les jours. J’ai décidé de participer à casser les codes et les cases (quels qu’ils soient) pour mettre en valeur la vérité de l’être. Voici pourquoi il me semble important de partager ce texte avec vous, et d’ouvrir une porte sur mon intimité.

Je suis blanche ET noire.

Malgré le fait que beaucoup cherchent à me mettre dans une case, à me considérer comme  » pro-afro  » parceque je porte des foulards, que je danse le zouk ou que je mange du poulet yassa : je suis blanche ET noire.

Je suis née à Rennes, je me sens Bretonne tout autant que Martiniquaise. Je me sens Bretonne car mes premiers repères sont là-bas, que j’aime les galettes et le cidre. Je me sens Bretonne car l’air de la côte et la mentalité des bretons me touchent le cœur depuis toujours. Je me sens Bretonne car mon grand père maternel aimait profondément sa Bretagne et qu’il est l’un de mes plus beaux repères.

Et pourtant, cela ne m’empêche pas d’être plus touchée encore par les odeurs de la nourriture afro-caribeene, par la joie du coeur des pays ensoleillés, par la beauté et la puissance des attachés de foulards, par les vibrations puissantes de la musique noire.

Je suis tout ça à la fois, et pourtant, mes interlocuteurs ne retiennent que ce qu’ils souhaitent, pour me mettre dans une case.

Alors je sais, pour le vivre de l’intérieur, que les « minorités visibles », telles qu’on aime les appeler en France, sont discriminées, jugées et rejettées bien plus que les blancs dans un pays historiquement colonialiste. Je sais que l’égalité est bafouée, quotidiennement, par des actes de racisme ordinaire ou, pire encore, de racisme violent envers toutes les populations non blanches en France. Je le sais car je suis métisse, et que j’ai accès aux deux mondes, de l’intérieur… 

Je sais aussi, que la caraïbe porte une lourde problématique identitaire, valorisant les « chabins » ou les peaux claires par aliénation mentale. Et j’ose dire que cette aliénation est le résultat du traumatisme de l’esclavage et du déracinement des ancêtres. (référence aux ouvrages de Frantz Fanon par exemple). 

Je souhaiterais que les personnes blanches considèrent cet article. Je suis comme vous, en partie, et pourtant… Mes cheveux afros font que je ne saurai jamais ce que c’est d’être blanche…. Je suis censée être à moitié comme vous, et pourtant j’ai vécu le racisme à de nombreuses reprises… 

Certains s’étonnent de mes posts réguliers valorisant les noirs et la culture noire, mais je valorise la partie de mon être qui a du se cacher pour être intégrée dans la société Française. Je valorise les noirs car je trouve injuste que la crédibilité ne soit offerte, à beaucoup de niveaux, qu’à mon côté blanc. Je tente de rétablir ce qui, à mon sens, est juste. 

Prenons conscience, ensemble, que quelque chose ne va pas et que cela fait bien trop longtemps. Prenons conscience que les maux de notre histoire commune ne sont pas réglés et qu’il est temps de les regarder en face. Prenons conscience que l’amour est plus fort que la haine, et que l’action est nécessaire.

Chaque être humain est singulier, unique et a le droit d’être en paix tel qu’il est.

Stop aux actes discriminants, stop aux discours stigmatisatisants, stop à la peur des autres.

One Love.

Laetitia.

Vous souhaitez en savoir plus sur mon parcours ?

Vous souhaitez échanger avec moi sur Instagram ?

Instagram : by_samake

Vous ne savez pas qui est Frantz Fanon ?

https://livre.fnac.com/a8282157/Frantz-Fanon-Peau-noire-masques-blancs

Découvrez mon interview sur le métissage réalisée par « La France Cachée ».

Archives

3 Commentaires

  1. Sylvie

    Merci à toi, Laetitia, d’être exactement qui tu es !

    Réponse
  2. Gilles VICROBECK

    Texte très profond qui reflète bien la personnalité que j’ai entrevu lors d’une rencontre de randonnée sur les coteaux verdoyant du Morne-Vert. Next time we talk longer!!!!

    Réponse
    • Laetitia VIRGAL

      Merci beaucoup ! Avec plaisir pour un nouvel échange lors de notre prochaine rencontre.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Open chat